Vendrdi 2 février 2017, une quarantaine de personnes, parents et élèves, sont venues à la soirée qui a permis de rendre compte du séjour en Angleterre de la section européenne cinéma-audiovisuel-anglais du lycée Alain Colas, dans le cadre du partenariat avec Priestley College Warrington qui perdure depuis maintenant 7 années.`
 
 
Après l’explication des démarches réalisées par l’enseignante coordinatrice Catherine Lebaupin pour mener à bien ce projet et une grande partie de son financement par Erasmus +, des documents exposés, et la projection de deux films réalisés par les élèves, ont permis de faire découvrir aux parents un bel aperçu du séjour.
 
Aux nombreux centres d’intérêt de la culture britannique sous les décorations de Noël, et aux occasions multiples de communication en anglais, s’est ajoutée la découverte du système éducatif anglais. Ce fut l’occasion d’une discussion sur le sujet entre les élèves ayant expérimenté la classe et le planning à l’anglaise, les parents et les enseignants. Alice, l’une des quarante participants, a pris la parole enthousiaste : «  J’ai trouvé cette expérience formidable. Les Anglais choisissent quatre matières ce qui leur permet de les approfondir et d’avoir du temps pour faire leurs devoirs entre chaque heure de cours, pour faire des recherches, ou pour se consacrer à leurs activités artistiques et sportives. Ils ne sont pas plus bêtes que nous au final. » Catherine Lebaupin a précisé que Priestley College est un lycée public gratuit pour les parents, et a ajouté que l’élève y coûte moins cher à l’année : 4000€ en Angleterre au lieu de 11000€ en France. "Le nombre de matières est faible et donc le coût par élève aussi mais ces restrictions ont été pensées dans l’intérêt de l’élève et des conditions d’enseignement : pas plus de 21 élèves par classe, 1 ordinateur par élève dans chaque salle, une disposition en U ou en modules, chaque salle est équipée des nouvelles technologies, le lycée possède un centre d’orientation sur place, une psychologue à demeure, plusieurs cafétérias etc. la situation d’enseignement est conviviale et paisible.» Patrice Corde, enseignant en classe européenne et accompagnateur sur ce séjour a renchéri : « Quand nous avons expliqué au proviseur anglais que les élèves français avaient approximativement 8 heures de cours par jour, 1heure seulement pour déjeuner, 2 heures de travail à la maison chaque soir, et qu’ils étaient plus de 30 par classe en position frontale, il nous a regardés pensant qu’il s’agissait d’une blague. Notre système éducatif français est assimilé là-bas à de la maltraitance.» Niels, un autre élève ayant participé au séjour a souhaité intervenir : « L’enseignant en Angleterre est un peu comme un ami que l’on respecte, un guide. Il est là pour dialoguer, expliquer. Les élèves l’appellent par son prénom. J’aimerais vraiment poursuivre mes études en Angleterre. ». Manon Dufour, ancienne élève de l’option européenne cinéma au lycée Alain Colas, accompagnatrice sur le séjour qui a travaillé en Angleterre en tant qu'assistante, a tenu tout de même à souligner qu’elle n’a pas trouvé les étudiants anglais très autonomes à l’Université, sans doute trop habitués à être très accompagnés. Ces constats ont suscité de nombreuses questions de la part des parents dans l’assemblée, et bien sûr, le débat est resté ouvert sur la comparaison entre les deux systèmes éducatifs.
 
Le rendez-vous a été pris pour le prochain séjour en décembre 2018.