"J'ai toujours été attirée par le milieu artistique. J'ai commencé par faire de la danse, puis du théâtre, j'ai même eu la chance de jouer dans une troupe de théâtre, avec la principale de mon collège Mme Foucault. 

Puis un jour, j'ai été piquée par la musique. La vieille guitare acoustique de mon père ne servant plus, j'ai décidé  d'apprendre seule cet instrument. 1 an plus tard je faisais deja des concerts. Au début lors de repas de familles, puis après lors de jam-sessions ou bien même pour un rassemblement pour l'UNICEF.

Dès lors je savais déjà que je voulais faire un métier en rapport avec cette passion.

Arrivée au lycée de la communication Alain Colas, j'avais le choix entre plusieurs options et mon choix s'est tourné vers la musique et le cinéma-audiovisuel que je trouvais intéressant, du fait que j'étais pas mal cinéphile.

J'ai appris énormément de choses en option cinéma : réalisation, montage, écriture de scénarios, capacité à comprendre toutes les intentions du realisateur, tous les procédés etc... choses qui me servent encore aujourd'hui. Quand je regarde un film, je ne peux m'empêcher de l'analyser !

En ce qui concerne l'option musique, nous étudions principalement de la musique classique. Étant très ouverte musicalement parlant, ce fut un bonheur pour moi d'en savoir davantage sur ces mentors de la musique.

2012, année de l'obtention de mon Baccalauréat littéraire option cinéma et musique. À ce moment là je ne savais pas exactement vers quoi me tourner. Bien évidemment dans le domaine artiste mais précisément, comment m'intégrer. Devenir une rock star ? Non je n'avais pas les épaules pour, comédienne ? Réalisatrice ? Ça me semblait trop inaccessible pour moi. J'ai décidé de me lancer dans la communication avec l'idée que plus tard je pourrai monter mon festival de musique (et j'ai deja le nom ahah !).

J'ai fait 1 an de licence info communication et sciences du langage à Dijon, j'ai raté mon année car je m'ennuyais à mourir. J'avais l'impression de perdre mon temps et n'étant pas patiente, ça ne pouvait pas marcher. J'ai donc commencé à faire un BTS communication mais par correspondance, pour pouvoir faire tout ce que je veux à côté, y compris avoir un job alimentaire pour payer le loyer et continuer à faire de la musique.

Un jour je me suis réveillée en ayant fait un rêve assez étrange qui me disait en gros de monter à Paris car c'était là que tout se passait. Deux semaines plus tard j'y étais... j'ai commencé par faire un stage en communication dans une galerie d'art dans le 15eme arrondissement de Paris, c'était génial, j'avais de l'autonomie, on me faisait confiance et j'ai été amenée à préparer une exposition pendant que mon patron se la coulait douce à New-York !

Bon le problème avec les stages, c'est qu'ils ne durent pas tres longtemps. Un jour je suis tombée sur une annonce pour une émission de télévision : La Quotidienne sur France 5, pour un poste en communication, ça n'a pas traîné j'ai été prise de suite. Ce fut très excitant ! J'étais en charge de découper les séquences de l'émission (en direct, s'il vous plaît !) pour ensuite tout balancer sur les réseaux sociaux et faire vivre tout cela pour nos téléspectateurs. La j'ai vraiment gagné en maturité et en autonomie. Bon c'est là que ma "carrière" (ahah) à la télé commence. J'ai enchaîné après avec l'émission Slam sur France 3, qui est un jeu télé avec des mots croisés, où j'étais assistante de directrice de casting. C'est là que je me suis prise de passion pour le casting télé qui correspond parfaitement avec ma personnalité : bavarde, très sociable, souriante, à l'écoute et .... drôle. C'est un peu ça le secret d'un bon casteur.

Puis j'ai atterri à "N'oubliez pas les paroles" toujours en tant que stagiaire mais là c'était différent. J'étais considérée comme une vraie casteuse mais avec un salaire de misère. Cette émission est une vraie usine. On passait la plupart de notre temps à faire chanter des personnes au téléphone pour juger la justesse de leur voix. puis le jour du casting, on leur fait passer un test de parole à l'écrit, puis on les fait chanter encore devant tout le monde chacun leur tour pour en sélectionner quelque uns à la fin. Vient l'ultime épreuve de la caméra : ils doivent chanter sur bande son, sans parole des classiques et tubes de la chanson française. Je peux vous dire que ce n'est pas de tout repos !

En novembre dernier j'ai été appelée par une productrice de télévision qui travaille chez M6 que j'avais déjà rencontré lors de nombreux entretiens pour un stage. Elle voulait me voir car on avait eu un bon feeling et elle voulait me proposer un stage. J'avais bientôt fini avec "N'oubliez pas les paroles" et je savais que j'en avais marre des stages, je voulais bosser ... J'ai pris mon courage à deux mains et lui ai dit que je voulais travailler et ne plus être une petite stagiaire. Elle m'a re contactée une semaine plus tard pour m'annoncer qu'en janvier 2017 j'allais officiellement être chargée de casting pour une toute nouvelle émission pour M6, et maintenant je suis toujours là bas. L'émission s'appelle Toque Show, avec Norbert Tarayre. Il s'agit d'un Talk Show culinaire où l'on apprend plein de choses et s'amusant. Et effectivement, je m'éclate !

Voilà... je n'ai pas renoncé à la musique,  ce projet de festival reste dans ma tête, j'attends certainement le bon moment."

Merci Hélène pour ce partage et bonne route au sein de la télévision, tu le mérites !