Le Grand Oral

Cadre général
Le coefficient
  • 10/100 en voie générale
  • 14/100 en voie technologique
Le jury
  • Le jury est constitué de deux enseignants :
    • un enseignant dans une spécialité du candidat
    • un enseignant non nécessairement dans l'autre spécialité du candidat
Les temps
de l'épreuve
  • Le début de l'épreuve :
    • Le candidat remet la feuille signée par l'établissement sur laquelle figure ses deux questions.
    • Le jury choisit une des deux questions.
  • La préparation (20 min)
  • Le passage (20 min) partagé en :
    • Présentation de la question (5 min)
    • Echange avec le jury autour de la question (10 min)
    • Echange avec le jury autour de son projet d'orientation (5 min)
Le détail de l'épreuve
Le temps de préparation
  • Le candidat dispose de 20 min pour préparer son exposé.
  • Ce temps sert à :
    • structurer l'argumentation,
    • organiser le propos,
    • réaliser un support écrit, si le sujet le nécessite.
    • La production éventuellement réalisée est remise au jury avant le début de la présentation. Elle n'est pas évaluée.
Présentation
de la question
  • Durée : 5 min
  • Objectif : relier son analyse avec les savoirs acquis
  • La présentation se réalise :
    • debout,
    • face au jury,
    • sans notes.
  • La présentation permet au candidat d'exposer :
    • les motivations qui ont conduit au choix de cette question,
    • la présentation du sujet,
    • la réponse à la question.
Echange
autour de la
question
  • Durée : 10 min
  • Objectif : mettre en avant son esprit critique
  • L'échange se réalise :
    • debout ou assis,
    • face au jury,
    • sans notes.
  • Il s'agit d'une discussion, d'un échange entre le jury et le candidat.
  • Le jury pose des questions pour :
    • que le candidat précise et approfondisse sa réponse
    • que le candidat mobilise ses connaissances acquises dans ses spécialités (essentiellement en lien avec sa réponse)
    • évaluer la capacité d'argumentation du candidat.
    • Dans la voie générale, cet échange peut également se dérouler en partie dans la langue vivante concernée, si l'enseignement de spécialité choisi par le candidat est LLCER.
  • Remarques :
    • Durant le temps d'échange avec le jury, le candidat peut être interrogé sur l'ensemble du programme de terminale des enseignements de spécialité. Mais cette partie de l'épreuve doit aussi évaluer les capacités argumentatives, il s'agit donc d'un entretien et non d'un interrogation de connaissances.
    • Cet entretien est mené en réaction à la présentation faite lors de la première partie de l'épreuve.
    • Selon la composition du jury et de la question présentée durant la première partie, les deux enseignements de spécialité peuvent être mobilisés lors de la deuxième partie.
Echange
sur le projet
d'orientation
  • Durée : 5 min
  • Objectif : s'exprimer sur son projet d'orientation et la réflexion menée pour parvenir à son choix
  • L'échange se réalise :
    • debout ou assis,
    • face au jury,
    • sans notes.
  • Le candidat présente le lien entre la question présentée et ses choix d'orientation.
  • Il expose la réflexion qu'il a menée sur son projet de poursuite d'étude et, le cas échéant, d'insertion professionnelle.
  • Le candidat peut également faire part de ses engagements et de ses intérêts s'ils ont nourri son projet.
  • Le jury pourra interroger le candidat sur ses motivations en lien avec son projet.
Les deux questions que présente le candidat
Les différentes
combinaisons
    On suppose que le candidat suit une spécialité A et une spécialité B.
  • Première possibilité :
    • Question 1 : Spécialité A
    • Question 2 : Spécialité B
  • Deuxième possibilité :
    • Question 1 : Spécialité A OU Spécialité B
    • Question 2 transversale : Spécialité A ET Spécialité B
  • Troisième possibilité :
    • Question 1 transversale : Spécialité A ET Spécialité B
    • Question 2 transversale : Spécialité A ET Spécialité B
    En résumé :
  • Chaque spécialité doit être présente dans au moins une des deux questions.
  • Une question peut être soit adossée aux deux spécialités, soit à une seule.
Différence
voie gén./voie techn.
  • En voie générale :
    • Les questions portent sur les deux enseignements de spécialité soit pris isolément, soit abordés de manière transversale.
    • Si la question porte sur l'enseignement de spécialité LLCER, la présentation peut en partie être réalisée dans la langue vivante concernée.
  • En voie technologique :
    • Ces questions s'adossent à l'enseignement de spécialité dans lequel il est prévu une «étude approfondie» (projet technologique, technologique accompagné, projet d'application, projet artistique, etc.).
Considérations générales
  • Une « bonne question » de Grand oral doit permettre à l’élève de démontrer ses qualités d’argumentation. Il s’agit donc pour lui d’y répondre à l’aide d’arguments solides, et sourcés. Les simples questions de cours à réciter ne sont pas adaptées à cet exercice. On privilégiera les questions plus riches qui nécessitent des recherches personnelles et la mobilisation de savoirs et savoir-faire acquis tout au long de la scolarité jusqu’en terminale.
  • On privilégiera les questions vives qui agitent les sociétés, sans en faire un critère exclusif.
  • L’élève qui choisit de traiter une question propice aux controverses pourra exprimer son opinion personnelle lors de l’épreuve, mais il ne devra pas oublier qu’on attendra d’abord de lui qu’il fasse preuve d’une posture objective, qu’il étaye ses propos (distinction explicite entre faits avérés et opinion personnelle).
Cas de questions identiques
  • Plusieurs élèves d’une même classe peuvent-ils arriver avec une, voire deux question(s) identique(s) le jour du Grand Oral ?
    • Les questions peuvent être travaillées, durant l’année, seul ou en petits groupes. Vous pouvez donc être plusieurs à présenter les mêmes questions au jury de l’épreuve. La réponse à la question est, quant à elle, strictement individuelle et différente pour chacun car elle doit notamment présenter les raisons qui vous ont conduit à votre choix de question et de réponse.
    • Par exemple, deux élèves peuvent choisir de travailler sur le thème de l’histoire de la médecine. Cependant, le premier élève a souhaité étudier ce sujet car il s’intéresse à l’évolution des pratiques médicales au travers des âges, et le second élève car il est passionné par la vie et l’oeuvre d’Hippocrate.
Un oral sans support ... ou presque
Les documents
  • Le candidat dispose-t-il de documents pendant l’épreuve ?
    • Le candidat s’exprime sans notes tout au long de l’épreuve. Il ne peut ni s’appuyer sur un support numérique ni présenter une réalisation qu’il aurait préparée durant l’année.
    • Pendant le temps de préparation de 20 minutes, le candidat peut, s’il le souhaite, réaliser un support pour accompagner sa prise de parole. S’il choisit cette option, il doit remettre ce support au jury. Ce support n’est pas évalué ; il ne sert qu’à appuyer le propos du candidat, si celui-ci le juge nécessaire.
    • Lors du 2ème temps de l’épreuve, le candidat peut par ailleurs recourir à un support pour éclairer ses réponses aux questions du jury.
Le support
  • Le support de présentation est :
    • facultatif
    • à réaliser pendant les 20 min de préparation
    • sur une feuille fournie par le centre d'examen
    • utilisable lors de la phase de questions du jury
  • Exemples de contenus :
    • Probématique
    • Courbe de tendance
    • Plan/Carte mentale
    • Carte
    • Schéma
    • Mots clefs
    • Frise
    • Définition
  • La présentation du support doit être particuièrement soignée !
Le matériel
  • Les membres du jury peuvent-ils autoriser le candidat à utiliser du matériel (ex : tableau …) qui est à disposition dans la salle d’examen ?
    • La première partie et la troisième partie de l’épreuve se déroulent sans support. Le candidat peut être autorisé à utiliser du matériel uniquement dans le 2ème temps de l’épreuve, dès lors que cela n’altère pas la qualité de sa prestation orale.
    • Il ne peut pas disposer du support écrit qu’il a conçu pendant le temps de préparation (il le remet au jury au début de l’épreuve), mais peut utiliser le matériel à disposition dans la salle(tableau …), si cela constitue une aide à sa prise de parole mais doit veiller à donner toute la priorité à son interaction avec le jury. Les questions posées par le jury ne sont pas écrites et ne peuvent donner lieu à des réponses formulées intégralement à l’écrit.
Quelques points à préciser
S’entraîner
à prendre
la parole
  • L’entraînement régulier à la prise de parole te permettra de mieux gérer ton stress. Pour cela, il est essentiel de :
    • dédramatiser la prise de parole en participant le plus souvent possible dans toutes les disciplines ;
    • apprendre une leçon et la réciter à voix haute seul, avec un camarade, en famille ;
    • développer tes compétences oratoires lors des tâches finales et exposés ;
    • avant le jour J, te mettre plusieurs fois dans les conditions de préparation de l’examen du Grand Oral (gestion du temps de parole, maîtrise du sujet, rythme, débit, gestuelle…) pour gagner en confiance.
  • L’oral ne se travaille pas qu’en classe. S’entrainer est aussi une condition nécessaire pour progresser et de réussite de cet exercice qui s’apprend.
    Il ne faut pas hésiter à pratiquer régulièrement sur tout sujet. Par exemple en préparant une fiche de révision (quelle que soit la discipline) pourquoi ne pas essayer de faire un résumé de cours à l’oral en se filmant ? Ensuite en regardant la séquence enregistrée il faut évaluer sa prestation.
    Exemples de critères pour s'évaluer :
    • Qualité de l'expression orale :
      • Clarté, audibilité : suis-je clair ?
      • Fluidité de l'expression, débit de la parole : Est-ce que je parle trop lentement ou trop rapidement ?
      • Richesse du vocabulaire ; Lexique ; Niveau de langue : Ai-je un langage soutenu, familier ?
    • Posture :
      • Distance par rapport à l'écrit : Est-ce que j'ai eu besoin de regarder mes notes ?
      • Captation de l'auditoire : respirations, modulation de la voix, regards ...
Spécialité LLCER
  • Comment s'organise la prise de parole en langue vivante étrangère ou régionale lorsque votre question concerne l'enseignement de spécialité LLCER ?
    • Au cours de la première partie de l'épreuve, vous pouvez choisir de vous exprimer, pendant un temps, dans la langue étrangère ou régionale de votre spécialité.
      Toutefois, si vous faites ce choix, vous ne pouvez pas faire 1'intégralité de votre présentation en langue étrangère ou régionale.
    • Pour la deuxième partie, le jury intervient, s'il le souhaite, en langue étrangère en cohérence avec votre présentation.
Mon sujet en questions
    Quelques questions à se poser concernant son sujet.
  • Construction de l'exposé :
    • Mon exposé est-il structuré ? (introduction problématique, développement, conclusion ... )
    • Est-ce que mon temps de parole sera respecté ? (attention : 5 minutes c'est court : des choix seront peut-être à faire et des arguments moins importants peuvent être à garder pour l'interaction avec le jury)
  • Argumentation/Justification des choix :
    • Mes arguments sont-ils fiables ? (question de la source)
    • Est-ce que je maîtrise les connaissances apportées par ce sujet ? (maîtriser n'est pas tout savoir, mais approfondir une question demande d'en connaître les principaux éléments)
    • Richesse des connaissances apportées
    • Est-ce que j'utilise des connecteurs logiques ?
      (argumenter c'est aussi utiliser des « donc ... », « on peut supposer que ... », « on peut montrer que ... », « grâce à ... »,
      « à cause de ... », « en conséquence de ... »)
    • Est-ce que je peux porter un regard critique sur la question? (éventuellement des limites peuvent être apportées)
L'évaluation
    Lors du Grand Oral, tu vas être évalué(e) sur :
  • Les savoirs acquis dans tes enseignements de spécialité.
    Tu vas donc devoir :
    • Mobiliser tes savoirs (identifier les idées-clés et y associer des exemples pertinents)
    • Maîtriser le sujet (contenus culturels et disciplinaires, pertinence des propos, lexique approprié)
    • Préparer un plan, organiser tes idées (à l'aide de cartes mentales et connecteurs logiques)
    • Etablir des liens et mettre le sujet en perspective avec d'autres disciplines.
  • Ta capacité à prendre la parole en public de façon claire et convaincante dans un temps limité.
    Tu vas donc devoir :
    • Apprendre à gérer ton temps
    • Apprendre à t'exprimer oralement (volume, débit, ton de la voix) et sans notes
    • Apprendre à maîtriser tes gestes et ta posture devant un auditoire
  • Ta capacité à interagir avec les membres du jury.
    Tu vas donc devoir :
    • Être capable de revenir sur tes propos pour apporter des précisions au jury ou corriger une maladresse
    • Être capable d'affirmer ton point de vue et d'avancer des arguments
    • Être réactif tout en apportant des réponses pertinentes aux questions du jury
    • Montrer ta capacité à te projeter dans l'avenir en présentant ton projet d'orientation.
  • Important : Résumé des compétences à évaluer
Questions
que peut poser
le jury
  • Lors du deuxième temps de l'épreuve, les questions du jury peuvent-elles porter sur l'ensemble du programme de l'enseignement de spécialité ?
    • Oui
    • Durant le temps d'échange avec le jury, vous pouvez être interrogé sur l'ensemble du programme du cycle terminale. Mais cette partie de l'épreuve doit aussi évaluer les capacités argumentatives du candidat, il s'agit donc d'un entretien avec le candidat et non d'une interrogation de connaissances.
    • Cet entretien est mené en réaction à la présentation que le candidat a faite lors de la première partie de l'épreuve.
  • Les deux enseignements de spécialité du candidat peuvent-ils donner lieu à des questions lors de la deuxième partie de l'épreuve ?
    • Selon la composition du jury et de la question présentée durant la première partie, vos deux enseignements de spécialité peuvent être mobilisés lors de cette partie.
  • Types de questions :
    • Vérification des connaissances (mots clés, sujet, idées principales, ...)
    • Préciser la manière dont s'est construite la réponse à la problématique (méthodologie, sources, cheminement)
    • Préciser sa motivation (choix du sujet, ...)
    • Explorer les liens entre la problématique et d'autres éléments du programme ou de l'actualité

Imprimer