Chinois

La langue chinoise est la première langue parlée dans le monde, et la deuxième langue utilisée sur Internet. Forte d’une très nombreuse population, la Chine compte également une importante diaspora à travers le monde. Le chinois devient donc une langue incontournable de la scène internationale.

ch01  ch02  ch03 

ch04

ch05
 ch06

 

La Chine s’est imposée dans l’économie mondiale et s’offre une place de choix dans le commerce international. Depuis une vingtaine d’année, son marché s’est ouvert aux investisseurs étrangers, et son développement ne cesse d’attirer de nombreux entrepreneurs.

La diplomatie, la culture, le tourisme, la recherche sont autant de domaines dans lesquels la Chine s’est rendue indispensable. Comprendre la culture chinoise, c’est participer à une mouvance mondiale de partage des savoirs et d’ouverture du monde sur l’Asie.

L’étude du chinois ne suppose aucune disposition intellectuelle particulière. Exigeant soin et régularité dans le travail, elle permet de développer trois formes de mémoire : visuelle, auditive et gestuelle. C’est une aventure qui fait travailler le cerveau autrement.

ch10

 

Apprendre pour comprendre

Acquérir des connaissances en langue chinoise, c’est se donner la chance de comprendre une culture vieille de plusieurs millénaires. C’est en étudiant la racine même de la civilisation qu’on en comprend les usages.

ch11  ch12 

 

On se donne ainsi les moyens d’approcher une partie du globe encore trop méconnue, et de se donner des clefs supplémentaires pour comprendre les enjeux de notre époque.

La plus grande partie des caractères chinois existent depuis plus de deux mille ans, ils rapportent donc un système de pensée très ancien, à la base de la culture chinoise d’aujourd’hui.

Par exemple,  禾 la céréale et 口 la bouche forment 和 l’harmonie, atteinte lorsque toutes les bouches sont nourries. Ce caractère est un héritage de la riche Histoire chinoise, faite de périodes de conflits et de longues périodes de paix et de prospérité.

ch13

 

Moi boire eau / Toi boire thé

Comme en témoigne l’expression consacrée « c’est du chinois ! », le chinois est associé dans nos esprits à tout ce qu’il y a de plus incompréhensible. Ternie par cette réputation, l’apprentissage de la langue chinoise apparait comme un défi.

Cependant, les apprenants se rendent vite compte que l’étude du chinois est très largement accessible. Toujours invariables, les mots chinois n’ont ni genre, ni nombre, ni déclinaison, ni conjugaison.

La progression à l’oral est donc aisée, puisqu’on se contente d’aligner les mots, sans se soucier des accords ou de la conjugaison. 我今天喝水 Moi aujourd’hui boire eau / 你们明天喝茶 Vous demain boire thé. Le verbe boire 喝 reste invariable, malgré le changement de sujet (我/你们) et le changement de temps (今天/明天).

On apportera dès le début une attention toute particulière aux tons, puisque la langue chinoise compte quatre tons, ce qui en fait une langue très mélodieuse, qui développe les capacités auditives de ses apprenants.

Une langue différente, mais pas difficile

Le mystère des caractères chinois a contribué à la formation de l’expression « c’est du chinois ». Mais, contrairement aux idées reçues, l’apprentissage des caractères nous est tout à fait accessible. On apprend vite que les caractères sont, pour la plupart, des puzzles de composants graphiques très imagés. Par exemple, 冫le gel et 水 l’eau forment 冰 la glace.

Pour leur part, les mots sont des assemblages de caractères. Par exemple les caractères 水, l’eau et 田,le champ forment le mot 水田, les rizières. La mission principale de professeur de chinois sera de vous apprendre en priorité les caractères qui vous permettront de faire un maximum de combinaisons.

ch14

 

Combien existe-t-il de caractères chinois ?

Il existe plusieurs dizaines de milliers de caractères chinois mais les Chinois eux-mêmes n’en connaissent pas la majorité. On doit compter environ 5000 pour un usage confirmé de la langue, tandis que 3000 sont utilisés dans la vie quotidienne. Un autre seuil de 1500 caractères existe, il correspond à une utilisation basique de la langue, mais courante. On estime cependant qu’en connaissant 500 caractères fondamentaux, un apprenant peut comprendre jusqu’à 75% d’un texte authentique. L’apprentissage du chinois au lycée est axé sur ces 500 caractères qui permettent d’accéder le plus rapidement à un usage au quotidien de la langue chinoise.

Le chinois un atout scolaire et professionnel

Chaque année, environ 40 000 élèves français apprennent le chinois, et ils sont de plus en plus nombreux à faire ce choix. L’apprentissage peut commencer à chaque étape de la scolarité, à l’école primaire en LV1, au collège en LV2, au lycée en LV3 ou en études supérieures en option.

Etudier le chinois dans l’enseignement secondaire, c’est inscrire dans son dossier scolaire une spécificité qui permettra de se démarquer des autres candidatures. De nombreuses grandes écoles fonctionnent en partenariat avec la Chine. Il existe des écoles spécialisées comme l’INALCO (Institut national des langues et civilisations orientales) ou des départements d’études chinoises, comme à Rennes ou à Lyon. Des écoles de commerces, des écoles d’ingénieurs, les écoles Sciences Po’ et autres ont aussi mis en place des partenariats avec la Chine. Pour entrer dans ces écoles, l’apprentissage du chinois représente un atout évident.

Une option 3h/semaine, étude de la langue et de la culture

Dès la Seconde, les élèves du lycée Alain Colas peuvent choisir le chinois en exploration. A raison de 3h/semaine, ils découvrent les bases du mandarin. Cela ne demande aucune connaissance préalable. L’examen du baccalauréat a lieu sous forme d’oral. Le cours de chinois exige en moyenne une heure de travail hebdomadaire.

L’objectif est à l’écrit l’acquisition d’une centaine de caractères par an, soit environ 5 par semaine. A l’oral, en fin de Terminale, le but est d‘être capable de tenir une conversation simple, de parler de soi et de son environnement proche (niveau A2). Dans l’année, la culture est largement abordée en classe : famille, fêtes, traditions, cuisine, spécificités de la pensée chinoise, géographie…

ch30

 

ch40


Imprimer